La mode durable, réalité ou greenwashing ?

L’industrie de la mode est l’une des industries les plus polluantes au monde, mais ça, vous le saviez déjà, pas vrai ? En plus de la pollution massive des cours d’eau, elle contribue fortement au réchauffement climatique avec près de 10% des émissions mondiales de gaz à effet de serre. La production des fibres synthétiques, qui est à elle seule responsable de 40% des émissions de l’industrie textile a atteint un pic historique en 2021 avec plus de 113 Millions de tonnes produites. Pour les matières naturelles comme le coton ce n’est pas beaucoup mieux car elles nécessitent de grandes quantités d’eau et d’énergie pour être produites…

Qu’est-ce que la mode durable ?

La mode durable est un terme utilisé pour désigner une mode qui tient compte de l’impact environnemental et social de la production des vêtements. Les marques engagées dans cette démarche utilisent des matériaux naturels et durables qui peuvent être recyclés ou biologiques. Elles utilisent également des méthodes de production plus respectueuses de l’environnement et améliorent les conditions de travail des ouvriers du textile.

À travers cette démarche, on peut d’ores et déjà cité des marques engagées, telles que :

  • Picture Organic : Toute leur collection est produite à partir de matières biologiques, recyclées et biosourcées (coton biologique, polyester recyclé, etc). La marque se soucie également de l’amélioration des conditions de travail dans les usines.
  • Marine Serre : Créatrice de mode française faisant appel à l’upcycling pour créer ses vêtements
  • Ecoalf : Cette marque espagnole propose des vêtements conçus à partir de matériaux 100% recyclés tels que les bouteilles plastiques, les pneus, le nylon, etc… Les déchets collectés sont transformés en fibres textiles pour créer des collections durables et éco-responsables.
  • Veja : Veja es une marque française de sneakers qui allie style, éthique et durabilité. Cette marque utilise des matières végétaliennes et des matériaux recyclés dans la conception de leurs produits. Elle travaille avec des petites usines locales et utilise des méthodes de fabrication respectueuses de l’environnement.

Quels sont les enjeux de cette mode ?

Des enjeux économiques

L’industrie de la mode génère plusieurs milliards de dollars chaque année, et de nombreuses marques ne sont pas encore prêtes à modifier leurs méthodes de production non durables par crainte de perdre des bénéfices.

Cependant, à mesure que les consommateurs prennent conscience de l’impact environnemental et social de l’industrie de l’habillement, ils exigent de plus en plus des vêtements issus de matériaux durables et veulent contribuer à réduire ces impacts. Enfin, beaucoup considèrent que la mode durable est un moyen d’investir dans l’avenir de notre planète.

Par conséquent, le secteur doit commencer à prendre la durabilité au sérieux. Si elle ne le fait pas, elle perdra du terrain face aux marques déjà engagées dans cette voie. Le mouvement est en marche et de nombreuses marques se lancent dans une démarche de progrès avec des méthodes de production respectueuses de l’environnement, de matériaux recyclés et de modèles durables dans les années à venir.

Des enjeux environnementaux

Avec son impact environnemental colossal, la mode fait l’objet d’une attention croissante depuis quelques années. La production de vêtements utilise plus de la moitié de la production mondiale des fibres d’origine fossile, ainsi que d’autres ressources naturelles, et génère une pollution importante sur la planète. Sans parler des conditions de travail bien souvent catastrophiques pour la main-d’œuvre textile, mais nous y reviendrons plus tard.

C’est pourquoi, l’objectif de la mode durable est de prolonger la durée de vie et de réduire l’impact environnemental des vêtements. Pour ce faire, les marques doivent agir à tous les niveaux du cycle de vie de leurs produits :

  • À la conception du vêtement (croquis, prototypage…)
  • À l’extraction des matières premières (coton, eau, laine, pétrole..)
  • À la fabrication (lieu, mode de fabrication, conditions, production du tissu et des fils…)
  • À la confection des habits (coutures, assemblage des pièces…)
  • Au transport et la distribution
  • L’utilisation et le lavage
  • Le recyclage et la fin de vie du produit

ACV V2

Des enjeux sociaux

Mis à part le fait que l’industrie de la mode et du textile soit connue pour son impact néfaste sur l’environnement, elle l’est aussi pour les conditions de travail, dangereuses et pénibles des ouvrier.ère.s.

Seulement voilà, le problème persiste en raison de la rentabilité que représente le maintien d’une main-d’œuvre à bas prix. Il faut également savoir que la majorité des travailleurs dans les ateliers textiles sont des femmes et qu’elles subissent des discriminations et violences sur leur lieu de travail. Les lois dans ces pays d’Asie, ne permettent pas aux femmes victimes de ces insultes, de faire valoir leur droit car aucune mesure de protection n’est mise en place pour les aider.

La mode durable vise à mettre fin à ces conditions inacceptables en soutenant des pratiques de travail équitable. Elle permet d’offrir un salaire plus équitable aux ouvrier.ère.s et leur permet de travailler dans des conditions plus sûres ainsi que d’avoir accès à un système de santé et à l’éducation ce qu’ils n’avaient pas auparavant.

Le processus de fabrication des vêtements durables

Pour rendre les vêtements plus durables, il est essentiel de veiller à ce que le processus de fabrication soit aussi écologique que possible. Il s’agit notamment d’utiliser des méthodes de production existantes et économes en énergie, innover et collaborer afin d’accélérer les progrès et de développer les nouveaux matériaux émergents et l’agriculture régénératrice.

Pour cela, les matériaux utilisés dans le processus de fabrication de textiles durables sont des matières d’origine végétale ou animale, recyclables et recyclées, naturelles, en transition ou biologiques.

L’industrie de la mode durable peut utiliser également des matières chimiques à condition qu’elles soient obtenues à partir de sources renouvelables ou d’un procédé de chimie dite “propre”.

Les certifications et labels

Les marques qui s’engagent en faveur de l’environnement peuvent faire certifier leurs produits par un écolabel. Ces labels vérifient que les produits soient bien fabriqués dans des sites de production durables et éthiques. Lorsqu’ils sont validés, les habits possèdent un logo sur leur étiquette afin d’attester qu’ils sont éco-conçus.

Il existe plusieurs certifications pour les matières durables. Les plus connues sont :

  • Global Organic Textile Standard (GOTS) : pour les produits fabriqués à partir d’au moins 70% de fibres naturelles biologiques
  • Global Recycled Standard (GRS) : fibres recyclées
  • RWS : les laines durables
  • Bluesign® : pour les produits ayant un impact environnemental réduit
  • Oeko-Tex : certification de l’étape d’ennoblissement pour les produits qui ne contiennent pas de substances chimiques nocives

certifications matieres durables

La traçabilité des vêtements

La traçabilité signifie que vous pouvez suivre le processus de fabrication du vêtement depuis l’extraction des matières premières jusqu’au produit fini. De plus en plus d’acteurs de l’industrie textile fournissent des informations détaillées sur la provenance de leurs vêtements. Pour vous assurer que vous achetez un produit d’une marque engagée, vous devez prendre le réflexe de vérifier la traçabilité des vêtements.

C’est d’ailleurs ce qu’a mis en place FOOTBRIDGE à travers des QR Codes et étiquettes de traçabilité.

En achetant des vêtements d’une marque de mode durable, vous pouvez être sûr de soutenir une entreprise responsable sur le plan environnemental. La mode durable n’est pas seulement une tendance, c’est l’avenir de l’industrie de la mode.

En quoi FOOTBRIDGE peut vous être utile ?

FOOTBRIDGE propose une nouvelle solution innovante pour les acteurs de la mode et de l’habillement qui offre une transparence à chaque étape de la production du produit. L’offre de services SaaS permet aux entreprises du textile de mieux contrôler leurs conditions de fabrication tout en répondant aux attentes des consommateurs.

D’ailleurs, voici quelques marques que nous accompagnons et qui utilisent Footbridge au quotidien : Ami, Aigle, Ikks, Petit Bateau, Gerard Darel, Atlasformen.

Attention au Greenwashing…

“ Le greenwashing désigne une pratique consistant à présenter une marque ou à commercialiser un produit en trompant le consommateur sur ses avantages sociaux et environnementaux. Le but est d’attirer des clients socialement responsables sans s’engager réellement, pour éviter les investissements nécessaires à la transition énergétique. ” – Source TheGoodGoods

greenwashing

Comme vous l’aurez compris, le greenwashing est une technique de marketing utilisée par certaines entreprises pour faire croire aux consommateurs que leurs produits sont respectueux de l’environnement, alors qu’en réalité, ils ne le sont pas, tout ça pour éviter les coûts de production plus élevés (main-d’œuvre et installation plus sûres notamment).

Donc, lorsque vous recherchez un vêtement durable, il est important de faire des recherches sur la marque en question et d’être un consommateur averti. Vérifiez les étiquettes, les certifications et les matériaux des produits qui vous intéressent pour vous assurer qu’ils sont vraiment respectueux de l’environnement.

Comment réduire son impact environnemental dans l’industrie textile ?

On estime que l’industrie textile est responsable entre 3% et 10 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre. Ce chiffre ne peut qu’augmenter avec la croissance de la demande de vêtements. Mais il existe des moyens de réduire votre impact environnemental, et commencer à agir à votre échelle en consommant mieux.

Choisir des vêtements de qualité, éco-conçu et socialement responsable

La qualité d’un vêtement détermine en grande partie sa durée de vie. Certains parlent de durabilité d’un produit. Bien sûr choisir un vêtement de qualité pour le porter plus longtemps est la base d’une consommation plus responsable. Un article de qualité coûte plus cher qu’un produit de la fast fashion, mais au final on est gagnant de ne pas avoir à le changer trop souvent. Achetez moins mais mieux !

Les vêtements éco-conçus utilisent principalement des matières biosourcées, comme le coton biologique (certifié GOTS), ou recyclées comme le polyester recyclé (certifié GRS). Peu de produits sont certifiés commerce équitable, mais un produit fini avec le logo GOTS intègre le respect des normes sociales sur l’ensemble de la chaine de fabrication.

Pas toujours simple de se retrouver dans les différents labels. lesquels sont sérieux ? lesquels le sont moins ? il existe toutefois de plus en plus d’information disponible notamment sur le site de GOOD FABRIC.

Favoriser la seconde main

Les vêtements sont quelque chose à laquelle nous sommes tous dépendants, et cela les grandes marques de l’industrie textile l’ont bien compris. Elles encouragent naturellement les consommateurs à acheter leurs produits, et à les renouveler chaque saison, ce qui n’est pas du tout écologique.

Donc l’une des façons de réduire son empreinte écologique est d’acheter des vêtements d’occasion et ainsi leur donner une seconde vie.

Plusieurs plateformes en ligne proposent un service de seconde main, comme Vinted ou encore Vestiaire Collective, où vous pouvez trouver et négocier des articles qui parfois n’ont jamais été portés et à des prix très intéressants ! De plus en plus de marques proposent également une offre seconde main.

Prenez soin de vos vêtements

Vous pouvez aussi réduire votre impact environnemental en prenant soin de vos vêtements. Cela implique de les laver moins souvent, à l’eau froide et de les faire sécher à l’air libre dès que possible. Mais aussi, de les réparer ou de les transformer lorsqu’ils sont endommagés, afin de réduire la quantité de déchets produits par l’industrie textile, plutôt que de les jeter.

Transformer vos vieux vêtements

Il existe de nombreuses façons de donner une nouvelle vie à vos vieux vêtements. Vous pouvez les transformer en quelque chose d’autre, ou les porter d’une manière différente. C’est une excellente façon d’être créatif et durable à la fois !

Par exemple, si vous possédez un vieux jean usé, vous pouvez le transformer en short pour l’été ou bien réutiliser la matière du jean pour réparer ou l’ajouter à d’autres habits.

L’industrie textile européenne investit également beaucoup pour construire des filières de recyclage circulaire qui permettront dans les prochaines années de recréer un nouveau vêtement à partir d’un produit usagé.

Vous l’aurez compris à travers cet article, l’industrie textile est extrêmement polluante. Mais la réduction de son impact est engagée et la transformation s’accélère même si nous souhaiterions que les choses aillent plus vite.

A votre échelle, il est possible d’agir en réduisant un peu plus chaque jour votre impact environnemental, en prenant le réflexe de faire quelques recherches sur la marque et le produit avant de l’acheter. C’est en modifiant nos habitudes petit à petit, que les acteurs de la mode devront faire le choix de suivre une direction plus équitable et durable pour la planète.

Pour devenir un Maestro de la traçabilité et de l'éco-conception

 Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter ! 

Merci pour votre inscription !